Documents

Carte de FRANCE de la dureté de l’eau (TH) pars départements.

La dureté de l’eau correspond à sa teneur en calcium et magnésium. Une eau dure est communément appelée

« calcaire ».

L’eau calcaire participe à l’apport journalier en calcium dont l’organisme a besoin. Il permet la solidification des os, le fonctionnement des muscles, la transmission de l’influx nerveux et le processus de coagulation du sang.

Le désagrément principal lié au calcaire, ce sont les dépôts qui se font à haute température. C’est pourquoi il vaut mieux régler les appareils (chauffe-eau, électroménager,…) en dessous de 60° C. Pour les appareils ménagers, il est nécessaire d’en tenir compte pour adapter leur réglage et la quantité de lessive utilisée.

Commentaires fermés sur Carte de FRANCE de la dureté de l’eau (TH) pars départements. more...

VENTILLATIONS DES LOCAUX CONTENANT DES APPAREILS GAZ

 

Ventilations hautes et basses.


Une amenée d’air doit être disposée et aménagée, compte tenu du système de chauffage, de telle façon que le courant d’air qu’elle occasionne ne constitue par une gêne pour les occupants.
Tout orifice, intérieur ou extérieur, d’amenée d’air doit être disposé de manière à ne pouvoir être obstrué par aucun élément mobile de construction. On entend par élément mobile de la construction, les trappes, les volets pleins, les vantaux de portes, fenêtres et impostes, etc.

Amenée d’air.

Amenée d’air directe.

L’amenée d’air directe est obligatoire lorsque l’évacuation par tirage naturel des produits de combustion des appareils non raccordés n’est assurée que par un passage direct à travers une paroi extérieure du local ou par un conduit débouchant dans une courette.
L’amenée d’air directe peut dans certains cas ne pas être compatible avec les dispositions adoptées par ailleurs. En particulier, l’aération générale et permanente des logements impose des entrées d’air dans les pièces principales.
Pour les bâtiments conformes aux dispositions, soit de l’arrêté du 22 octobre 1969, relatifs à l’aération des logements, l’amenée d’air directe aux appareils installés dans les pièces principales est toujours possible. Elle existe nécessairement si l’aération est générale et permanente.
Lorsque l’aération du logement est réalisée séparément par pièce, comme cela est admis par certaines dispositions de l’arrêté du 22 octobre 1969, les amenées d’air directe sont possibles dans toutes les pièces.
L’orifice peut se trouver sur une paroi quelconque du local (ou à l’extrémité d’un conduit).
Il peut être divisé en plusieurs orifices, situés ou non sur la même paroi (ou sur le même conduit) pourvu que la somme des sections libres des divers orifices soit au moins égale à la section libre prescrite pour un orifice unique.

Amenée indirecte.

L’amenée d’air indirecte doit satisfaire aux dispositions suivantes :
– L’air extérieur pénètre par des amenées d’air directes dans un ou plusieurs locaux, autres qu’un wc, soit voisins, soit séparés par une seule pièce du local à alimenter. Il ne doit pas transiter par un logement voisin, ni par une partie commune de l’immeuble.
– En immeuble existant, le transit par une partie commune de l’immeuble peut être accepté, sous réserve que cette partie commune ne soit pas en communication permanente avec un escalier ou un conduit de ventilation haute. Les orifices de transit ne peuvent être établis que s’ils n’entachent pas le degré de résistance au feu éventuellement prévu de la paroi.
– L’air extérieur peut transiter par un vide sanitaire ventilé, celui-ci étant alors considéré comme un local. Un vide sanitaire est considéré comme ventilé lorsque la section total libre des ouvertures est au moins égale à 5 pour dix mille de la surface horizontale du vide sanitaire. (S ouverture [cm²] ³ 5 × S du vide sanitaire [M²])
– L’air extérieur transite de ces locaux vers le local à alimenter par des passages permanents, spécialement prévus à cet effet.

Conduit

-1) Conduit horizontal, descendant et ascendant.

L’amenée d’air peut être effectuée à l’aide d’un conduit horizontal, descendant et ascendant. La partie horizontale du conduit (si il y en a une) doit être aussi courte que possible. La partie ascendante n’est pas limitée.
L’emploi d’un conduit descendant n’est admis que si le local desservi comporte :
– soit un dispositif d’extraction mécanique, conjointe ou non, de l’air vicié et des produits de combustion. Se reporter à la notice du constructeur.
– soit un conduit d’évacuation des produits de combustion à tirage naturel, auquel est raccordé un appareil d’utilisation du gaz.
– soit un conduit d’évacuation d’air vicié, à tirage naturel.
– soit un orifice de sortie d’air directe sur l’extérieur placé à un niveau supérieur à la prise d’air extérieure du conduit descendant.
Le conduit descendant comporte un tronçon vertical ou oblique obligatoirement accolé au mur à travers lequel s’effectue le prélèvement d’air extérieur. La hauteur de ce tronçon est limitée à celle de la hauteur d’un étage. Cette hauteur peut être portée à deux niveaux si le local comporte un appareil à gaz raccordé à un conduit vertical d’évacuation débouchant en toiture.
Le conduit peut comporter un tronçon horizontal de sortie, dont la longueur développée doit être aussi courte que possible.

2) Raccordements entre tronçons.

Les raccordements entre deux tronçons ou parties de tronçons d’axes différents doivent être réalisés sans étranglement ni arête vive. Ils peuvent être réalisés par des coudes brisés ou à courbure continue. L’angle formé par deux tronçons ou parties de tronçons successifs d’axes différents doit être supérieur ou égal à 90 °.

-3) Section.

Lorsque le conduit ne comporte pas plus de deux changements de direction sur l’ensemble de son parcours, la section minimale est de 100 cm². Dans le cas contraire, la section minimale est de 150 cm².
On ne compte pas comme changement de direction ceux résultant :
– des déplacements de l’axe vertical d’un conduit ascendant obtenus par dévoiements successifs
– de l’angle que peuvent former l’axe des orifices d’entrée ou de sortie d’air et l’axe du tronçon de conduit à l’extrémité duquel ils sont placés.

Appareil à circuit étanche (chaudière à ventouse)


L’appareil prélève, par l’intermédiaire d’un conduit coaxial et à l’aide d’une turbine, l’air nécessaire à la combustion :
soit directement depuis l’extérieur
soit par l’intermédiaire d’un collecteur pouvant desservir plusieurs niveaux.
De ce fait, aucune amenée d’air (directe ou indirecte) n’est nécessaire dans le local contenant l’appareil.

Appareil à circuit non étanche raccordé à un conduit de fumées (chaudière atmosphérique).
Aucune ventilation haute n’est nécessaire. La ventilation basse peut être directe ou indirecte et sa hauteur n’est pas limitée.
La section nette de celle-ci dépend de la puissance nominale de l’appareil :
P <= 25 KW, S = 50cm²
25 KW < P <= 35 KW, S = 70cm²
35 KW < P <= 50 KW, S = 100cm²
50 KW < P <= 70 KW, S = 150cm²

Appareil non raccordé (cuisinière, chauffe-eau, etc…)


Ventilation haute obligatoire, devant avoir une section nette minimale de 100cm² avec le haut de l’orifice à 1,80m par rapport au sol du local.
– Cas où un appareil à tirage naturel raccordé à un conduit de fumées se trouve dans le même local :
Un orifice supplémentaire n’est pas obligatoire si le coupe tirage de l’appareil raccordé est à une hauteur minimale de 1,80m par rapport au sol du local.
La ventilation basse peut être, dans ce cas, à amenée d’air directe ou indirecte et sa hauteur par rapport au sol du local n’est pas limitée.
Sa section est fonction de l’appareil le plus puissant avec un minimum de 100cm²
– Cas où la ventilation haute est faite par un conduit à tirage naturel débouchant en toiture :
La section nette minimale de ce conduit doit être de 100cm².
Le haut de l’orifice doit se situer à 1,80m minimum par rapport au sol du local.
La ventilation basse peut être à amenée d’air directe ou indirecte et sa hauteur n’est pas limitée.
La section de la ventilation basse est fonction de la puissance nominale de l’appareil le plus puissant :
P <= 25 KW, S = 50cm²
25 KW < P <= 35 KW, S = 70cm²
35 KW < P <= 50 KW, S = 100cm²
50 KW < P <= 70 KW, S = 150cm²
– Cas où la ventilation haute est faite au travers d’une paroi extérieure :
La section nette minimale doit être de 100cm²
La hauteur du haut de l’orifice doit être à 1,80m minimum par rapport au sol du local
La ventilation basse est obligatoirement à amenée d’air directe
La hauteur du haut de l’orifice de cette ventilation basse ne doit pas excéder 0,30m par rapport au sol du local
La section nette de celle-ci est fonction de la puissance nominale de l’appareil :
P <= 35 KW, S = 100cm²
35 KW < P <= 70 KW, S = 150cm²

 Arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements 

Article 11 . chaudière cheminée avec VMC

Lorsque l’évacuation de l’air est faite par un dispositif mécanique (VMC), les conduits de fumée et foyers situés dans les logements, fonctionnant par tirage naturel doivent être tels que la dépression créée dans un logement par l’évacuation mécanique de l’air ne puisse entraîner d’inversion de tirage, notamment lors de l’allumage de certains foyers.

 

Commentaires fermés sur VENTILLATIONS DES LOCAUX CONTENANT DES APPAREILS GAZ more...

Distributeurs d’energies (FIOUL)

COMBUSTIBLES AVOGADRO

 SELOGE RN 90
73800 LES MARCHES
 

 Tél. : 04.79.28.19.65
Fax : 04.79.28.19.57

Mail : christianavogadro@yahoo.fr

site

http://fioul-combustible.combustible-avogadro.com/

CATTIN FRERES

CHEF LIEU
73340 LESCHERAINES
 

Tél. : 04.79.63.81.31

CARBEL CHAUTAGNE FIOUL

Nettoyage de cuve.

Neutralisation de cuve et remplacement de cuve

route de Vions – Le Praz
73310 CHINDREUX

Tél. : 04.79.52.29.63
Fax : 04.79.52.02.87

Mail : chautagnefioul@wanadoo.fr

site

http://www.carbel-energies.fr/

 

FUSTINONI COMBUSTIBLES

fioul bois charbon

100 Chemin Villard Didier
38530 PONTCHARRA

Tél: 04 76 97 64 02

Fax : 04 76 97 65 11

INFO

jauge électronique pour citerne résidentielle,

FICHE TECHNIQUE :  fioulstock3

 
http://www.homeridersystems.com/public/pdfs/homeridersystems_fioulstock3_fr_spt_20090617.pdf

 
 

 

Commentaires fermés sur Distributeurs d’energies (FIOUL) more...

Détecteur de fumée

Détecteur de fumée (DAAF) enfin obligatoire !

Détecteur de fumée Logisty L3156X

En France, 800 morts sont causés chaque année lors d’incendies dans des locaux d’habitation.

En effet, un incendie se déclare toutes les deux minutes et seulement 2% des habitations sont aujourd’hui équipées d’un détecteur de fumée. Partant de ce constat dramatique, l’état vient (enfin) de rendre obligatoire la présence d’un détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF) dans les logements individuels ou collectifs, à raison d’un par étage, et ceux avant le 08 mars 2015.

Le décret 2011-36 du 10 janvier 2011 a été publié en ce sens au Journal Officiel du 11 janvier 2011. Il vise les occupants et propriétaires de logements, les organismes agréés exerçant les activités d’intermédiation locative et de gestion locative sociale.

Le détecteur de fumée, alimenté par pile ou partir d’une alimentation électrique (avec obligation d’une réserve de secours en cas de disfonctionnement électrique) doit :

  • Détecter les fumées émises dès le début d’un incendie ;
  • Emettre immédiatement un signal sonore suffisant permettant de réveiller une personne endormie
  • Avoir été normalisé.

La responsabilité de l’installation et de l’entretien du détecteur de fumée incombera à l’occupant du logement, sauf notamment dans le cas de logement à caractère saisonnier, de logements sociaux ou familiaux, de logements attribués ou loués en raison de l’exercice d’une fonction ou d’un emploi, où elle incombera alors au propriétaire ou à l’organisme.

Dans tous les cas, une attestation devra être remise à l’assureur avec lequel est conclu un contrat garantissant les dommages incendie.

Enfin attention à la qualité des détecteurs de fumée. De nombreux modèles, notamment vendus à prix discount en grandes surfaces sont souvent de piètre qualité et surtout peu fiables (voir cet article ).

Dans quelles pièces installer un détecteur de fumée ?

installation détecteurs de fumée dans habitation

Les règles à respecter pour la mise en place des détecteurs de fumée

Un détecteur domestique n’est efficace que s’il avertit EN TEMPS UTILE, c’est-à-dire s’il réagit à la fumée avant que les valeurs limites acceptables pour l’homme soient dépassées.

Pour qu’il puisse détecter la fumée, le détecteur doit être placé correctement. Il est évident que si vous le suspendez dans une zone « morte », son efficacité sera fortement réduite. C’est la zone que la fumée n’atteint jamais ou très tardivement, c’est-à-dire à moins de 30 cm du mur ou de la poutre, à plus de 20 cm sous le plafond, près de l’évacuation d’air, etc.

emplacement détecteurs de fumée

La fumée, la chaleur et les produits de combustion s’élevent normalement vers le plafond et se propagent horizontalement : le montage au plafond et au centre de la pièce est donc recommandé en appartement ou en maison.

D’une manière générale, il est recommandé de ne pas installer de détecteur de fumée :

  • Là où sont produites des particules de combustion, où quelque chose brûle. Soit dans un garage, une cuisine mal ventilée, une chaufferie etc. Conserver une distance d’au moins 6 m avec toute source de combustion telle que chaudière, chauffe-eau, fourneau et généralement tout appareil de cuisson.
  • Dans un flux d’air provenant de la cuisine, ce flux pouvant apporter des fumées de cuisson vers le détecteur.
  • Dans les endroits très humides, en présence de vapeur, à proximité immédiate d’une salle de bains.
    Conserver une distance minimum de 3m à partir de douche, sauna,
    lave -vaisselle etc.
  • Si la température peut régulièrement descendre sous 0°C ou monter à plus de 40°C, c’est-à-dire des endroits non chauffés habituellement, porches, abris de jardin, garage, construction non fermée, etc.
  • Dans des endroits sales, gras ou poussiéreux. Ne pas installer directement au dessus d’un fourneau ou une cuisinière. Si le détecteur est installé dans une lingerie, dépoussiérez fréquemment et évitez toute accumulation de peluches.
  • Près des entrées d’air, des ventilateurs de plafond ou des courants d’air. Ces arrivées d’air pourraient empêcher la fumée de pénétrer dans le capteur et donc le déclenchement de l’alarme en cas de besoin !
  • A moins de 30cm des luminaires à tubes fluorescents; en effet ces tubes provoquent un “bruit” radioélectrique pouvant perturber le fonctionnement du détecteur.
  • Dans un endroit en “cul-de-sac », à moins de 10cm d’un angle
  • Dans une pièce ou un salon réservé aux fumeurs.

Le décret 2011-36 du 10 janvier 2011

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Decret_2011-36_du_10_janvier_2011_-_installation_de_detecteurs_de_fumee.pdf


Désembouage

Désembouage : protégez chaudière et circuit de chauffage

Le nettoyage du circuit de chauffage ou aussi appelé désembouage est faire ou à faire réaliser assez périodiquement pour éliminer les dépôts de boues noires (cf. photo ci-contre) constitués d’oxydes métalliques et de tartre, afin de garantir le bon fonctionnement (confort) et un rendement optimal de votre installation (économies d’énergie). Il est en outre obligatoire et exigé par le fabriquant lors du remplacement d’une veille chaudière pour bénéficier de la garantie constructeur, et surtout de ne pas endommager la nouvelle (les tuyauteries, échangeurs, … sont nettement plus fins que les modèles fabriqués il y a une vingtaine d’année).

Ci-dessous une liste non exhaustive de quelques symptômes pouvant être liés à une « mauvaise » eau de chauffage :

  • Bruits de chaudière : tartre en formation
  • Baisse de rendement de la chaudière : dépôts de tartre et de boues
  • Radiateurs piqués : corrosion galvanique
  • Radiateur froid en partie supérieure : présence d’oxygène ou d’hydrogène
  • Radiateur froid en partie inférieure : boues en formation et mauvaise circulation
  • Pannes de pompes : boues ou magnétite dans le mécanisme
  • Micro fuites : joints usés / corrosion
  • Échange réduit du plancher chauffant : présence de boues et bactéries…

Avec traitement efficace, vous obtiendrez un meilleur confort, un meilleur fonctionnement de votre chaudière, une diminution des coûts d’énergie et d’entretien, et un allongement de la durée de vie de vos équipements.
Nous pouvons intervenir sur votre installation .

 


ENTRETIEN

Pour l’entretien et la maintenance de vos appareils,
nous vous offrons un triple gage de qualité :

  1. PIBI n’emploie que des professionnels certifiés et aux compétences reconnues ;
  2. Nous veillons au quotidien à maintenir notre niveau de compétences et à le faire reconnaître dans nos multiples agréments et nos partenariats ;
  3. Les contrats que nous proposons dans le domaine de l’entretien sont des contrats normés Afnor NF X 50-010 et NF X 50-011.

Dépannage

Notre première préoccupation c’est votre sérénité !

Si vous rencontrez un problème de fonctionnement avec votre équipement de chauffage , deux cas de figure se présentent :

> Vous êtes client :

Lorsque vous êtes notre client, votre installation de chauffage est aux petits soins !

Les dépannages et déplacements sont compris dans votre contrat annuel de maintenance. Il suffit de nous appeler, nous enregistrons votre demande et déclenchons une intervention.

> Vous n’êtes pas encore client :

Il s’agit alors d’une prestations hors contrat qui fonctionne sur le principe suivant :

  1. vous nous appelez pour nous expliquer le problème que vous rencontrez ;
  2. au besoin nous déclenchons une intervention dont le prix est forfaitaire

(prise en charge et  le déplacement, le diagnostic de la panne)

70€ TTC et 55€ TTC L’heure de main d’œuvre


  1. nous remettons en fonctionnement votre dispositif sauf si des pièces sont endommagées et nécessitent un changement
  2. dans ce cas, nous vous établissons un devis de changement des pièces défectueuses.
Commentaires fermés sur Dépannage more...


Agréments / appellations

Agréments

www.viessmann.fr

.

http://www.arcacaldaie.com

http://www.okofen.fr/

OERTLI

www.oertli.fr

 

http://www.atlantic.fr/

http://www.auer-gianola.fr/

http://www.ideal-standard.fr/

 Retour home

www.devillethermique.com

www.unical.fr

http://partner.wolf-heiztechnik.de/fr/pkp/accueil.html

Appellations

professionnel Maintenance GAZ

PMG : Professionnel Maintenance Gaz. Cette qualification existe depuis 2004 et elle est en application depuis 2005. Elle garantit le sérieux et la qualité du travail effectué par le technicien en charge de votre installation.

Les prestations sont effectuées par des professionnels dans les opérations de service après vente ou de maintenance sur les installations domestiques gaz.
L’agrément PMG est un complément de la démarche qualité/sécurité PGN et constitue un élément incontournable pour l’amélioration de la qualité et de la sécurité des installations domestiques gaz comprenant des appareils gaz (chaudière, chaudière mixte, chauffe eau à accumulation, chauffe eau, etc) d’une puissance inférieure ou égale à 70 KW, à l’exclusion des appareils de cuisson.

Cet agrément n’est destiné qu’aux entreprises d’installation, de service après vente ou de maintenance qui sont évaluées et qui l’obtiennent .

http://www.qualigaz.com/

professionnel GAZ

professionnel Fioul

http://www.lefioul.com/



ADEME

CHAUDIÈRES À BOIS BÛCHES / CHAUDIÈRES ET POELE A GRANULE DE BOIS - PELLET

FABRIQUANT DE CHAUDIÈRE et POÊLE A BOIS

GAZOLE NON ROUTIER

INFO BOIS

INFO EAU SANITAIRE

INFO FIOUL

INFO GAZ

INNOVATION

MÉTÉO SAVOIE

PRIX DES ENERGIES

REGLEMENTATION

réglementation européenne sur les circulateurs

SÉCURITÉ (détecteur monoxyde de carbone ; incendie)

SITE RÉNOVATION INFO SERVICE GOUVERNEMENT

TRAITEMENT DE L'EAU DE CHAUFFAGE (anti-boue)

TRAITEMENT DE L'EAU DE SANITAIRE

Il est l'heure

Get Adobe Flash player Wordpress Plugin By Tax Accountant

Compteur

Copyright © 1996-2010 Maintenance Chauffage.Dépannage. All rights reserved.
iDream theme by Templates Next | Powered by WordPress