En septembre 2015 entrera en vigueur la Directive Européenne Ecoconception. Cette règlementation a pour but de faire disparaitre du marché les appareils de chauffage ayant un mauvais impact sur l’environnement. 

L’objectif est d’inciter les consommateurs à se tourner vers des technologies moins gourmandes en énergie. Pour ce faire, des exigences communes pour les états membres de l’UE vont être mises en place. Les appareils qui n’atteindront pas ces exigences seront progressivement exclus de la vente. Les produits concernés (en matière de chauffage) sont les chaudières électriques, gaz et fioul.
Grâce à ce dispositif, on estime que la consommation d’énergie moyenne de l’UE pourrait baisser de 10% d’ici 2020.

La fin des chaudières basse température en 2018

A terme, les chaudières « basse température » seront amenées à disparaître. Elles pourront difficilement atteindre les exigences énergétiques fixées par la directive (un rendement global minimum de 86% pour les chaudières).

Le retrait sur le marché se fera progressivement.
1ère phase : septembre 2015
Les chaudières BT dont le rendement est inférieur à 86% ne seront plus commercialisées dès septembre 2015. Une exception est prévue pour les chaudières basse température de type B1 (chaudières non étanches équipées d’un coupe tirage : chaudière dites à évacuation cheminée). 
Elles devront atteindre un rendement minimum de 75%. En effet, quand on est sur un conduit collectif il est conseillé de ne pas poser de chaudières à condensation, la basse température est donc la seule solution. Cette dérogation sera valable jusqu’en 2018.

2ème phase : 2018

A partir de 2018, entrera en vigueur une nouvelle exigence relative aux émissions NOx. Les oxydes d’azote (NOx) sont issus de la combustion du gaz. Ils sont nocifs pour la santé et pour l’environnement car ils sont facteurs de pollution. Ils jouent aussi un rôle dans l’augmentation des gaz à effet de serre.
C’est pourquoi la directive prévoit l’exclusion sur le marché des appareils dont le taux NOx dépasse les 56m/kWh. Les chaudières basse température de type B1 ne pourront plus respecter cette exigence.

Les chaudières à condensation deviennent la référence

Les chaudières de type condensation atteignent un rendement saisonnier entre 89 et 94%. Elles respectent donc l’exigence de rendement fixée par la directive Ecodesign.

Dès septembre 2018, elles deviendront les chaudières de référence et seront posées obligatoirement dans les logements français.

Des étiquettes énergie sur les appareils de chauffage

Cette directive est associée à l’étiquetage énergétique qui permet d’informer les acheteurs sur la consommation en énergie des appareils. Dès septembre, on retrouvera une étiquette énergie sur les appareils de chauffage (chaudières et chauffe-eaux) allant de A (pour les moins énergivores) à F.

Toutes ces mesures vont contraindre les fabricants à proposer des produits plus performants et plus respectueux de l’environnement.